Accueil  
  Services  
  ADOPTION D'UN ANIMAL  
  Animaux perdus  
Qui sommes-nous  
  Nous joindre  
  Partenaires-Donateurs  
    Historique         Mission         Équipe       Règlements         Implications sociale         Projets à venir         Bénévoles    
 
Tous les dons que la société protectrice des animaux d'Arthabaska reçoit favorisent le mieux-être et le mieux-vivre des animaux ...
Vous pouvez envoyer vos dons par la poste ou venir nous voir à la SPAA

 Merci !
 
 
  Règlements  
 
 

     Vous trouverez, dans cette sections, les nouveaux règlements municipaux concernant les animaux de compagnie. À noter qu'ils sont en vigueur depuis le 17 octobre 2007.

Pour voir le site de la ville de Victoriaville avec tous les règlements du parc canin : http://www.ville.victoriaville.qc.ca/content/fr-CA/s2e_equipements.aspx#1


Les animaux de compagnie sauvages ou exotiques

La SPA d'Arthabaska considère que les animaux sauvages et exotiques ne sont pas adaptés à la vie d'animal de compagnie et constituent, très souvent, un risque pour la santé et la sécurité des humains. Elle s'oppose donc au commerce d'animaux sauvages et exotiques de même qu'à l'acquisition de ces animaux par des particuliers dans le but d'en faire des animaux de compagnie.

Définition des notions d’animal sauvage et d’animal exotique

La domestication d'une espèce animale nécessite un élevage sélectif selon des attributs de tempérament et de comportement adaptés à la vie auprès des humains. Elle représente un très long processus qui s'étend sur des centaines, voire des milliers d'années. Le seul fait d'être né en captivité ou d'être élevé par des humains ne permet donc pas de considérer un animal comme étant domestiqué.
 

Nous considérons que tout animal natif du Canada, qui n'a jamais été domestiqué au moyen de techniques de reproduction contrôlées, est un animal sauvage. La même définition s'applique aussi à la notion d'animal exotique, exception faite que ces derniers proviennent de pays dont le climat est différent du climat canadien.

Raisons qui nous ont poussés à prendre position
Voici les trois principales raisons qui justifient notre positionnement en matière d'animaux sauvages et exotiques :

1. Exigences élevées en matière de soins et de conditions de vie

De prime abord, nous considérons que les animaux sauvages et exotiques ont des exigences élevées en matière de soins et de conditions de vie. Les conditions climatiques de leur habitat naturel étant fort différentes de celles qui caractérisent nos logements, beaucoup d'énergie doit être investie à la composition d'un milieu convenable pour eux en captivité. Malgré tous nos efforts, la grande taille de plusieurs reptiles à maturité – pensons par exemple à l'iguane vert, qui atteint deux mètres de longueur – rend le défi quasi impossible à relever pour un particulier. Ainsi, bon nombre d'animaux sauvages et exotiques subissent des conditions de vie misérables en captivité, leur existence se résumant trop souvent à languir dans une cage trop petite.

2. Danger pour la santé et la sécurité des humains

Par ailleurs, les animaux sauvages et exotiques représentent souvent un danger pour la santé et la sécurité des humains. Bien que certains de ces animaux semblent parfois être amadoués, les espèces animales non domestiquées sont souvent imprévisibles. Boas constricteurs, pythons, iguanes et autres espèces animales ont le potentiel de blesser sérieusement les humains, tout particulièrement les enfants, en raison de leur petite taille.Les amphibiens et les reptiles constituent, eux aussi, une menace pour la santé publique à cause de la présence d'une bactérie qui vit dans leur intestin, à savoir la salmonelle. Selon l'Association of reptilian and amphibian veterinarians, la très grande majorité des reptiles (tortues, lézards, serpents et crocodiles), qu'ils soient nés dans la nature ou en captivité, portent cette bactérie. Si la présence de la salmonelle dans l'intestin de tout reptile en santé est normale, elle peut cependant provoquer de graves maladies chez les humains.

3. Capture et transport inhumains

Enfin, nous considérons que la capture d'animaux sauvages et exotiques dans leur habitat naturel est un acte cruel. Plusieurs d'entre eux meurent à la suite de méthodes de capture inhumaines (par exemple, utilisation de crochets pour tirer les reptiles hors de leur terrier ou de fumée pour les forcer à sortir) ou de conditions de transport inadéquates. Selon la HSUS (Humane Society of the United States), plus de 80 % des oiseaux capturés à l'état sauvage meurent durant la capture ou le transport, et quelque 90 % des reptiles capturés meurent durant leur première année de vie en captivité des suites des traumatismes subis lors de la capture et du transport ou en raison de carences liées à leur habitat et à leur régime alimentaire. Par ailleurs, le PIJAC Canada (Pet Industry Joint Advisory Council), organisme représentant l'industrie des animaux de compagnie, encourage la vente d'animaux reproduits en captivité. Cependant, l’organisme reconnaît dans sa politique sur les animaux exotiques que, pour obtenir les résultats souhaités en élevage, « un certain nombre de spécimens capturés à l'état sauvage fait et fera toujours partie de l'équation ». 

Pour toutes ces raisons…

La SPA d’Arthabaska demande à la population de respecter les animaux sauvages ou exotiques en renonçant à les adopter pour en faire des animaux de compagnie. Nous considérons que l'acquisition d'un iguane, d’un serpent ou de tout autre animal sauvage et exotique ne figurant pas dans la liste présentée ci-dessous est un acte qui sert les intérêts des humains aux dépens de ceux des animaux. Nous encourageons plutôt l'adoption des animaux de compagnie traditionnels, soit les chiens et les chats. Domestiqués depuis des milliers d'années, ces derniers dépendent maintenant de nous. Les animaux sauvages et exotiques, même ceux nés en captivité, ne sont pas adaptés à la vie en présence d'humains.
 

Liste des espèces acceptables comme animaux de compagnie

Inspirée de la liste diffusée par la Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux, voici la liste des espèces nées en captivité et appropriées à titre d’animaux de compagnie :
 

En milieu rural

En milieu rural, où des champs et des abris appropriés sont accessibles, les espèces suivantes nées en captivité sont appropriées comme animal de compagnie :

· cheval;

· âne;

· cochon;

· mouton;

· chèvre;

· bovin;

· lama;

· pigeon;

· volaille;

· oie;

· canard (de type colvert ou musqué);

· dindon;

· pintade;

· paon;

· alpaga. 

·  

En milieux rural et urbain

Mammifères et poissons :

· chien;

· chat;

· cobaye (cochon d'Inde);

· lapin;

· souris;

· rat;

· gerbille;

· hamster doré;

· chinchilla;

· poissons d'aquarium (nés en captivité);

· furet.

Oiseaux* :

· perruche ondulée;

· perruche callopsite (cockatiel);

· inséparable;

· pinson;

· canari (serin);

· tourterelle;

· colombe.

Selon l'avis de plusieurs experts, aucune espèce d'oiseaux n'est domestiquée. Les espèces mentionnées ici sont celles qui s'adaptent le plus facilement à la vie en captivité.

 

 

 

 
 
 

Tigars
 
Chien
 
     
   
     
Description à venir
 
 
 
     
   
     

 
Autre
 
Pour de plus amples informations, contactez le 819-758-4444
 
 
Animaux perdus
 
     
   
     
2191
Chien
...
+ voir la fiche
 
     
   
     
2192
Chat
...
+ voir la fiche
 
     
   
     
2194
Chat
...
+ voir la fiche
 
     
   
     
2196
Chat
...
+ voir la fiche
 
     
   
     
2198
Chat
...
+ voir la fiche
 
     
   
     
3073
Chat
...
+ voir la fiche
 
     
   
     
3060
Chat
...
+ voir la fiche
© Société Protectrice des Animaux d’Arthabaska 2012